Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
  





















les mains de Marcel, Montluçon, 13 juin 2008
    Né en 1936 à Toulon, Rue de la  Fraternité, dans une famille ouvrière d'origine corse. Vit dans le Var, dans le village du Cannet des Maures. 
   Exilé pendant la guerre avec d'autres familles d'ouvriers de l'arsenal de Toulon, le gamin des villes découvre l'Isère, les vaches et l'odeur du fumier qui l'enchante aujourd'hui encore. Vers les fermes, ça fume encore... Il découvre la poésie au collège et commence à écrire alors pour ne plus s'arrêter. Devenu instituteur puis professeur de français au collège grâce à l'école normale, Marcel Migozzi aura à coeur à son tour d'éveiller des collégiens à la poésie. Il retournera même à la retraite animer un atelier d'écriture dans le collège où il avait enseigné. L'école, comme ascenceur social et grande éveilleuse, est au coeur de la poésie de Marcel Migozzi.

    Cofondateur des revues de poésie La Cave et Chemin de 1960 à 1968. Membre des comités de rédaction des revues Action poétique de 1965 à 1968, Sud de 1994 à 1998. Correspondant permanent de la revue luxembourgeoise Estuaires de 1989 à 2002.
     Lauréat du prix Jean Malrieu en 1985, du prix Antonin Artaud en 1995, du prix des Charmettes/Jean-Jacques Rousseau en 2007.
    Il a publié de nombreux ouvrages de poésie chez différents éditeurs, en France et à l'étranger. Au sommaire de nombreuses revues, ouvrages collectifs, anthologies.






























Marcel Migozzi découvre son livret, Pommeraie comme étable, 13 juin 2008

A l'occasion du festival  2008, les éditions Contre-allées publient
dans la
collection pOètes au pOtager un inédit de Marcel Migozzi : 
Pommeraie comme étable.



Publications récentes
    Ensemble d'être (L'Arbre à paroles, 2004)
    Urgence sans lumière (Wigwam, 2005)
    Au rouge-gorge suivi de Mottes (Estuaires, 2006)
    Des traces dispersées (L'Harmattan, 2006)
    Quels âges as-tu ? (Encres vives, 2006)
    L'inférieure saison (Thesaurus Coloris, 2006)
    A qui le corps ? (Tarabuste, Prix des Charmettes-Jean-Jacques Rousseau 2007)
    Vers les fermes, ça fume encore (Potentille, 2007)
    Dix solitudes (La Porte, 2008)













critique dans la revue Contre-allées n°21.22

par Romain Fustier :



















































critique dans Contre-allées n°21.22
par Amandine Marembert :



















































































critique dans  Contre-allées n°19.20
par Romain Fustier :































Partager cette page

Repost 0
Published by

Nous contacter

04 70 28 10 29
Association pOètes au pOtager
2 rue de Marignon
03 100 Montluçon

dominique.fournil@laposte.net

pOètes au pOtager

festival de poésie contemporaine

à Montluçon

le dernier week-end de juin

Les poètes invités lisent leurs textes en public

(et à ciel ouvert si le temps le permet).

Archives